20/06/2008

En-saignant


diplom1

« La lumière est quelque part, couchée sur un papier … ton diplôme ».

Ces quelques mots m’ont ramenée plusieurs années en arrière. Dix ans, pour être précise. A une poignée de jours près, il y a dix ans que je devenais officiellement agrégée de l’enseignement secondaire inférieur.

Happy Birthday to my diplôme, au fait.

La belle affaire, me diras-tu. C’est que je pensais alors, refusant tout net de travailler dans ce secteur. J’ai fait les études… pour les études, et non pour la profession.

Des profs, il en faut et je te le concède. Il est de ces gens qui ont ça dans l’âme et je n’en fais pas partie, même si je l’ai cru, un moment.

Seule autosatisfaction : c’est l’une des rares choses que j’ai menée à son terme.

« Grâce à lui, tu pouvais être dans la lumière tous les jours, être quelqu'un qui compte, quelqu'un qu'on écoute... »

Mwouais. Hors de l’enseignement, point de salut, sans doute. Je m’insurge : même dans la profession que j’exerce ( !), je rencontre des gens, je parle, j’écoute, on me parle, je suis écoutée. Tout ça tout ça, si, si. Dingue, non ?

Trêve de plaisanterie, j’ai eu la chance de faire de superbes études, et d’exercer un tout autre métier qui me plait énormément.

Je dois bien l’avouer, chaque mois de septembre voit naître un petit nœud au creux de mon ventre, en regardant tous ces écoliers se rendre à l’école pour leurs premiers cours, tous ces enseignants prendre connaissance de leur classe, donner les premiers devoirs, préparer les premières leçons. Comme un appel que je ne veux pas entendre. Je n’y retournerai pas.

J’aurai sans doute pu, tout comme ceux-là, être dans la lumière, debout sur l’estrade, m’appliquant à écrire droit sur le tableau noir (ou blanc, c’est selon).

Suis-je pour autant dans l’ombre, sur le plan professionnel ? Quand je vois les ‘petites’ difficultés que cause mon futur remplacement, j’ai des doutes …

C’est d’une toute autre mise en lumière, dont je parlais …

Ainsi va la vie, trois petits tours et puis s’en vont.
Trois petits mois et puis s’en va, en ce qui me concerne.

C’est une page importante de ma vie que je m’apprête à tourner. Un je-ne-sais-quoi de nostalgie, des collègues qui, peu à peu, sortiront de mon entourage, car on se perdra de vue, on se verra peut-être encore, de loin en loin et puis … Des amitiés auxquelles je veux croire … et que je crains de voir s’effilocher au fil du temps… Le temps est assassin, loin des yeux etc. etc. Nostalgie, mélancolie donc.

C’est une page importante de ma vie que je m’apprête à écrire. Je suis libre, libre de choisir. L’éternel problème étant que tout m’intéresse, il va falloir cibler un peu. Une certaine impatience bout dans mes veines : vais-je reprendre des études ? Vais-je perfectionner certains aspects de mon métier ? Vais-je rester à la maison et m’offrir le luxe de voir grandir mes enfants ?

Vais-je oser, tout simplement ?

21:10 Écrit par Chlo dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Chloé, Chloé, Chloé !!! tu reviens dans tes travers... 1 pas en avant, 3 en arriere...

mais parait il chacun trouve son bonheur tôt ou tard...

pour autant ne baisse pas les bras, tu pourrais le faire une heure avant que n'arrive le miracle (proverbe arabe je crois ^^)

en ce qui concerne la décision d'être prof par le passé, elle n'est pas anodine et si tu ne te sentais pas de le faire, tu as pris la bonne décision car rien n'est pire pour un enfant que de voir en face de lui pendant des heures un enseignant qui ne se révèle pas dans son travail et ne sait pas créer l'émulation nécéssaire pour partage ses connaissances et le feu sacrée que nécéssite son métier.

je t'embasse

Écrit par : fox | 21/06/2008

la force de l'amitié Ma louloute,
Ne sois pas nostalgique, nous ne nous éloignerons pas (ou tout du moins, nous essaierons de faire tout ce que l'on peut pour pas que ça arrive). Tu peux croire en notre amitié, en tout cas moi j'y crois de tout mon coeur...
A nous deux nous arrêterons la course du temps et nous consoliderons notre relation.
Je t'embrasse bien fort, toi et tes z'hommes.
P.S. : n'oublie pas que je serais toujours là pour toi!

Écrit par : Nath | 21/06/2008

Coucou vais dire comme Fox et puis no regrets ma belle ;)
beau we
je t'embrasse mooommm

Écrit par : bio | 28/06/2008

Vous devez faire partie d'un concours les plus utiles sites sur le net . Je vais recommander ce blog !

Écrit par : Joeann | 10/07/2013

Les commentaires sont fermés.