16/03/2011

Premiers plateaux et apprentissage des couleurs

Hier, à ma plus grande joie, Timothé, à peine rentré de l'école, a demandé à faire une activité. Il semble avoir bien intégré ces moments privilégiés, encore tout neufs, et les apprécier.

Comme je lui ai déjà présenté les activités de tri de perles, je m'assieds désormais près de lui et je l'observe. Il reste concentré la première fois qu'il fait l'exercice, puis il s'amuse à les mélanger à nouveau, et refait encore une fois le tri en faisant exprès de se tromper, et me regarde l'air rieur. 

Voici une illustration de nos plateaux. 

16032011-IMG_6623.JPG

Tri par couleur, avec les mains ou avec la pince (laisser le choix à l'enfant. La pince est à sa disposition, je lui ai montré la technique).

16032011-IMG_6624.JPG

Tri par forme. Timothé regarde souvent ce plateau, mais choisit systématiquement le premier avec lequel il est plus à l'aise. A nouveau, la pince est à sa disposition (pour le jour où il décidera de faire ce plateau).

J'ai profité de mon après-midi de congé pour préparer deux nouvelles activités, que je lui présenterai demain ou vendredi. Merci à aladouce pour le partage de son matériel ! Timothé aime beaucoup citer les couleurs, mais il confond souvent 'brun' et 'gris', hésite sur 'orange' et 'rose'.

16032011-IMG_6625.JPG

Première planche de couleurs que je compte lui présenter. Il y en a quatre au total, trois photos par couleur. 

16032011-IMG_6626.JPG

Activité plus ludique également, juste pour le plaisir d'assembler des couleurs dans n'importe quel ordre:

 

16032011-IMG_6627.JPG

Comme ça, par exemple :

16032011-IMG_6628.JPG

On verra si mon petit bonhomme apprécie autant que les perles !

 

22:35 Écrit par Chlo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'autrement dit ...

L'autrement dit est une association qui tente de répondre aux nombreuses questions auxquelles éducateurs et parents, professionnels de l'enfance et de l'adolescence sont quotidiennement confrontés.  Ils nous apprennent à formuler autrement nos demandes, nos attentes, à résoudre par un réel dialogue les menus conflits qui minent notre vie.

Leur bible ? Les excellents ouvrages d' Adèle Faber et Elain Mazlis :

- "parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent" (à lire absolument !)

- "parents épanouis, enfants épanouis"

- "parler pour que les enfants apprennent" ...

couverture-livre-Parler-pour-que-les-enfants-écoutent1-150x150.jpg

Le mardi 29 mars en soirée, ils seront à Arlon pour une conférence/débat, à l'Inda (côté secondaire).

Tout renseignement sur le site : www.lautrementdit.net.

 

 

16:00 Écrit par Chlo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/03/2011

Montessori, c'est parti (mon kiki) ;o)

Et voilà, je me lance dans la grande aventure des ateliers et activités Montessori (à ma sauce, toujours, of course). Plusieurs constats m'amènent à repenser notre mode de fonctionnement concernant nos enfants :

- Quand Yoann fait ses (nombreux!) devoirs, Gil et moi, en parents anxieux, sommes plutôt à deux à l'épauler, à expliquer, à créer des exercices. Pendant ce temps, notre Timothé est plus ou moins laissé en rade, seul face à ses livres, ses puzzles, son dessin animé ... Il est relativement indépendant, mais c'est dans une joyeuse déstructuration que nous le laissons grandir et évoluer (bouhouhou les vilains parents, bah oui on n'est pas parfaits, très loin de là ... !) Langue tirée

- Les difficultés qu'éprouve Yoann (qui travaille super bien mais est malhabile de ses mains) me font penser, souvent , 'jamais ôôô plus jamais'. Yoann a bien des excuses, notamment une première maternelle qui s'apparentait plus à une extension de la garderie, qu'à un réel apprentissage, son jeune âge (né fin d'année) et un petit manque de maturité à combler - mais pas trop vite, ne grandit pas trop vite mon ange - sont les principales causes de ces petits tracas quotidiens. 

- J'ai vraiment envie de repenser, en profondeur, nos relations avec nos enfants. Qu'il s'agisse du côté plus éducatif, ludique ou autre, j'aimerai profiter à fond de mes "gamins". Sans les tracas de la vie rapide, de nos deux temps plein. Créer des moments à nous, par paire ou à quatre. Des rituels qui n'appartiendraient qu'à nous; ces moments que, j'espère, nos enfants attendront avec impatience à la fin de leur journée d'école. 

Quelques conséquences, pêle-mêle : quitter mon travail 20 bonnes minutes plus tôt - j'ai toujours cette tendance à vouloir d'abord terminer une "petite" chose, puis une autre, puis créer mon planning du lendemain ... Vingt minutes, c'est peu, mais c'est énorme dans une soirée. Me poser. Le ménage attendra (aïe, ouille, le côté irrémédiablement maniaque va souffrir !). La lessive, je vais penser à déléguer. Certaines soirées seront consacrées à la construction des ateliers. Un moindre mal, j'ai de l'imagination à revendre.

Que de défis en perspective, mais que c'est bon de se remettre en question !

A l'heure ou j'écris, cher lecteur/trice, je n'ai toujours pas entre mes mains les livres commandés, afin de m'imprégner de cette philosophie, de ce mode de fonctionnement, de ces moments de présence bienveillante et non-interventionniste (je résume encore).

Néanmoins, j'ai déjà testé quelques petites choses avec mon plus petit : tri de perles en bois par couleurs, par formes, avec la main ou avec une pince. Timothé a adoré ces activités. Je ne sais dire s'il a été touché de l'attention ou si l'atelier l'a réellement emballé, mais j'ai vu un petit garçon, les yeux brillants d'enthousiasme, me dire : "c'est pour moi, maman?". Et un grand garçon de six ans, testeur en chef de mes trouvailles, qui m'a dit hier encore, "tu es la meilleure des mamans". 

Et mon coeur, bien évidemment, de se gonfler de joie. 

Une petite photo pour illustrer mon propos (la flemme de la mettre dans le bon sens ... Julie des skynetblogs, si tu me lis, peux-tu songer à mettre l'option de retournement d'image ? Merciiii!)

 

13032011-IMG_6594.JPG

A bientôt, pour de nouvelles Zaventures ! Rigolant

 

20:17 Écrit par Chlo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/03/2011

Vers une pédagogie de l'autonomie ?

Au hasard de mes surfs (pas sur la vague, sur le net Pied de nez !), je suis tombée sur un blog sympa, qui contenait deux mots qui m'ont interpellée. Un mot connu (pédagogie), l'autre, inconnu (Montessori).

Comme je n'aime pas ne pas comprendre, j'ai lu le blog et pris d'autres renseignements. Il s'agit, en très résumé et en très large, d'une approche quelque peu issue de la tendance romantique de l'éducation, à savoir : l'enfant a son libre arbitre dans l'apprentissage, à condition qu'on lui ait présenté les activités propres à son âge. Autrement dit, une activité présentée et laissée de côté par l'enfant pendant un certain temps n'est pas fâcheux : un jour où l'autre, il la reprendra entre ses mains et la réalisera. Les activités (ou ateliers) en question balaient une large période de l'apprentissage, en ce y compris jusqu'à la lecture et aux fractions (dans ce que j'en ai lu, mais j'imagine que cela va encore plus loin...).

Présentée comme je viens de le faire, cette pédagogie choque quelque peu nos convictions les plus profondes, n'est-ce pas ? J'ai d'abord réagi comme toi, cher lecteur de passage. A la fois émerveillée par le matériel mis à disposition des enfants, et sceptique quand à ce libre arbitre laissé à ces derniers. 

Depuis, j'ai dormi quelques nuits dessus et j'ai pris du recul. Tout n'est peut-être pas à prendre, mais tout n'est peut-être pas à jeter ... Maria Montessori a raison, dans un sens : certains ateliers "pratiques" forment la motricité de l'enfant et ont tendance, dans nos vies rapides, à être laissées de côté par nous, les adultes (!), voire carrément zappées de l'éducation. 

Un exemple éclairant ? Mes enfants (3 et 6 ans, plus quelques poussières de mois) ont des chaussures à "scratch". Pourquoi ? 

-raison 1, l'évidente : ce sont des garçons, ils aiment les baskets (et vu le sable jaune qui jonche leur cour de récré, je n'investis plus en godasses).

-raison 2, la réelle : dans la course du matin, ça m'aide énormement de ne pas devoir m'énerver sur le laçage de chaussures.

Résultat : mes garçons ne savent pas faire de noeud (aucun).

Or, c'est  important. C'est un mouvement qui demande concentration ET agilité des doigts. 

 

Des exemples, j'en ai des tas à donner. On fait vite, et surtout, on fait mal. Tu ne me crois pas ? 

Yoann, première primaire (CP), n'est pas précis dans l'écriture. Ce qui lui fait perdre des points en dictée, d'ailleurs. Timothé est d'une maladresse ... Beaucoup de choses, entre ses mains, finissent par atterir sur le sol.

 

Maria Montessori propose un "cadre des noeuds", pour s'entrainer sur un support ludique :

cadre, noeuds

En lisant plus en profondeur les blogs de "mamans montésoriennes", j'ai encore tiqué. 

Selon Maria Montessori, il faut idéalement dédier une pièce aux activités. J'ai beau compter et recompter les pièces de ma maison (future véranda incluse), à moins de déménager, pas moyen ici. Mais ai-je vraiment envie de transformer ma maison en "lieu d'activités pédagogiques montésoriennes"? Où est le rôle de l'école ? Celui de l'éducateur ? Celui de la maman (et du papa)? Ne sommes-nous là que pour les aider à faire leurs devoirs ? (cette dernière phrase est la conséquence de nombre d'heures que nous passons par semaine aux côtés de Yoann, noyé sous les devoirs -  comme tous les enfants de sa classe-).

Oui et non, j'en ai envie. Non, parce que je trouve qu'il leur faut des moments "off" apprentissages. Rien que du temps pour jouer. Ou ne rien faire. Ou se détendre. Ou se défouler. Oui, parce que je suis consciente que l'école ne leur apprendra pas tout. Et si moi, à mon niveau de maman, je peux leur donner ce petit coup de pouce nécessaire à gagner en autonomie, alors je prends. 

Partant de ce constat (et d'autres encore, qui me sont sans doute plus personnels), j'ai donc décidé d'étudier de plus près cette pédagogie. Pour l'appliquer ici, mais à ma sauce (ceux qui me connaissent sourient en coin).

Maria Montessori était une femme intelligente. Elle prônait entre autre, le "une couleur à la fois" pour les petits. Hier, profitant du congé pour peinturlurer un peu avec mes loustics, j'ai vite constaté qu'elle avait (ô combien) raison. Yoann est grand, et devient soigneux (lentement, mais sûrement).


Regarde sa "palette des couleurs" et celle de Tim, ainsi que les "oeuvres" ...

 

11032011-IMG_6373.JPG

 

J'ai repensé, après quelques tentatives pour guider Timothé dans l'utilisation de sa palette, à ce que disait Maria. Et j'ai appliqué : 4 couleurs, chacune versée dans un pot en verre, avec un pinceau par pot.

Voilà ce que cela donne : (côté Timothé)

12032011-IMG_6418.JPG

En tous cas, ils se sont bien amusés, et c'est ce qui compte ! 

12032011-IMG_6423.JPG

Quant à moi, il me reste à convaincre l'homme de la maison d'investir dans un (tout petit de rien du tout) meuble, destiné à accueillir les quelques activités montésoriennes que je compte mettre en place... Hi hi !

09:23 Écrit par Chlo dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |