14/04/2011

A l'ère de l'atome ...

fukushima.jpg

Savais-tu que "Fukushima" signifie : île du bonheur ? Question bonheur et bonne fortune, on a déjà vu mieux.

Ce qui m'agace le plus, c'est la tendance "zappette" des journalistes.  Je te fais l'topo:

"Mesdames et Messieurs, bonsoir, au programme ce soir :

- fukushima, c'est la cata.

- le CDNV/NVA critique la Wallonie / Leterme / le Roi /

- Sport : belle victoire du Standard. Clin d'œil

- La météo : nos prévisions pour le week-end."

En réalité, l'info concernant Fukushima dure 2 minutes, contre 5 grosses minutes sportives. De plus, ce sujet gravissime (hé ho, je suis la seule à m'inquiéter ?) est présenté avec un sourire peps'O'dent, une oeillade en régie pour diffuser les 45 secondes du reportage, et un passage au sujet suivant sans aucune forme de procès.

Voilà, l'ère de l'atome dans l'ère de la zappette, ça nous donne une séquence très commerciale, filmable sans doute, diffusable certes, mais en aucun cas, je ne vois, ne lis ou n'entends un grand cri d'effroi :

"Putain, réveillez-vous, c'est super grave ce qui se passe là-bas!"

- L'eau de la centrale se déverse dans la mer : vivent les poissons à trois yeux, fini le tourisme là-bas pendant un bon millénaire (regarde sur google.map, c'était superbe, Fukushima, avant !). Si j'ai un p'tit conseil amical, comme le dirait Mao-Sait-tout, "du poisson dans ton assiette tu éviteras".  Tu ne me crois pas ? Perso, je ne suis pas assez dingue (non, non!) pour braver le danger.

- Le nuage radioactif a évité la France et la Belgique ! Hourra ! "We are safe".
Ah oui, mais tu sais que le nuage radioactif fait plusieurs fois le tour de la terre ... ?

Oui, mais, il n'était pas nocif pour la santé.

Et le père Noël, tu y crois encore ? Incertain

Je te parle des cancers de la tyroïde qui vont refleurir comme la cardamine dans les prés au printemps ? De cette partie du Japon désolée et condamnée pour des années ? De ces gens qui ont été si proches des radiations et qui, sans nul doute, n'y survivront pas ? De ceux, plus éloignés, dont on mettra des années à voir les conséquences ? Ne nous croyons pas à ce point éloigné du problème : il nous concerne tous,  à court ou à moyen terme. Et il n'est pas encore réglé.

Comme toujours, l'homme a voulu jouer à Dieu, en construisant sur un sol instable la pire arme qui existe à ce jour. Et le prix à en payer est si lourd !

Quand j'étais gamine, j'entendais souvent cette réflexion : " notre monde est fragile, il suffit qu'un conn***rd appuie sur un bouton pour faire tout péter."

N'est-ce pas déjà fait ?

Ce qui m'énerve le plus, c'est ce soi-disant professionnalisme des journalistes lorsqu'ils présentent des informations aussi graves sur un ton neutre, qui endormirait presque nos consciences tant il est monocorde. Nous en perdons notre sens critique.

Un autre exemple, puis je me tais (si si, je peux le faire Clin d'œil)

Message météo. Durée, 20 secondes, le temps de le dire.

"Cette année, la couche d'ozone est si fine au-dessus de notre pays qu'il faudra se méfier des coups de soleil. A vos crèmes !".

Point.

Quand j'en parle autour de moi, la majorité de mes interlocuteurs ne sont pas au courant. Ils n'ont pas entendu ces 20 secondes d'information.

Je me tais, j'ai dit.

Je retourne à mon jardin, munie de crème solaire 150, de ma super combinaison anti-radiations.

Clin d'œil

08:13 Écrit par Chlo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Moi j'ai une news en avant-première:
- tôt ou tard, on mourra tous. Je préfèrerais que ça soit quand même le + tard possible.

Je sais, c'est pas super comme info, mais comme ça, vous (oui, toi lecteur !) pourrez pas dire que vous n'étiez pas au courant le jour venu.

Ce que je veux dire aussi par là, c'est que de toutes façons, des catastrophes arriveront encore. Même si on arrête telle ou telle technologie dangereuse, l'humain aime se tester lui-même. On s'amusera à s'envoyer en l'air .. euuuh dans l'espace, et ça fera un trou dans la couche d'O3. Ensuite, il y aura ces petits réacteurs nucléaires embarqués dans les satellites qui tomberont un jour au mauvais endroit, blabla.

Donc, le conseil que j'ai envie de me donner à moi-même (et que je suis de temps en temps), c'est de voir _aussi_ ce qui va bien, car finalement, surtout dans notre cas, on a beaucoup de chance d'être nés sur ce continent. Sur plein de points.

-ddm

Écrit par : Denis | 14/04/2011

Je comprends ce que tu veux dire. Je déplore surtout la banalisation par les médias, qui nous fait perdre tout sens critique, ne donne plus l'espace aux débats d'idées, ne font qu'inventorier, faits après faits, les "nouvelles" ... Rien n'y est constructif, ce qui compte, c'est que le 20h00 fasse sa part d'audience. Je trouve cela dommage.

Écrit par : Chloe | 14/04/2011

Les commentaires sont fermés.